Rajasthan

 

Du 4 au 28 novembre 2016 je me suis rendu en Inde, pays que je devais voir absolument une fois dans ma vie, malgré mes aprioris. Cette page vous montre les différentes espèces de la faune rencontrée, mon but principal étant le tigre dans le parc de Ranthambore. Ce félin reste difficile à observer car souvent dérangé par des hardes de touristes peu discrets (dans des camions à 20 places « canters »). J’ai eu la chance de l’observer une vingtaine de minutes, il était à une centaine de mètres, se baladant d’une démarche assurée et constante. Il décida de s’approcher pour venir boire au fond d’un vallon mais il hésita quand au chemin choisir, 4 jeeps étaient en face de lui. Lee parc national de Ranthambore abrite 76 tigres actuellement, il y a de nombreuses proies dont la principale est le cerf Sambar omniprésent. Novembre est un mois agréable pour le tourisme car pas trop chaud (entre 35° le jour et 15° la nuit), par contre l’herpétofaune et les insectes sont en reste, circulez il n’y a rien à voir ou presque ! J’ai retourné de nombreux cailloux, rien trouvé dessous, même pas un scorpion.

De New Delhi et sa pollution aux confins du désert de Thar que je n’ai pas arpenté, mon périple s’est formé dans une logique touristico-naturaliste: New Delhi, Mandawa, Bikaner, Jodhpur, Udaipur (sans James Bond…), Pushkar, ville sacrée et foire aux chameaux (dromadaires), Ranthambore, Jaipur et ses éléphants, Agra et le Taj Mahal… et pour finir Delhi, que j’ai fini par apprécier tant il faut se fondre dans cette ambiance hyper agitée tout en étant calme… Ranthambore est un parc national géré par l’ONF d’Inde: l’office vous attribue un secteur du parc au hasard, vous n’avez pas le choix du chauffeur ou du guide, juste suivre ce qu’il se passe, patienter et relativiser…. quand un chauffeur est 30 minutes en retard et conduit comme un malade sur les pistes rocailleuses du parc, c’est pas du tout tranquille !  Ensuite les chances d’apercevoir le tigre s’amenuisent mais… un matin vers 9h, lors d’une halte, le chauffeur et le guide entendirent un rugissement au loin et se précipitèrent, moteurs hurlants, vers la source sonore… et nous l’avons vu, peu de temps…

Le parc Keoladeo au sud d’Agra est réputé des ornithologues qui sont foison de même que les touristes asiatiques ! Ceux-ci arrivent en rickshaw en colonne vers 9h et vers 16h.  Ce parc est une zone inondable et de marécages où nous pouvons observer des oiseaux migrateurs ou non, quelques reptiles (j’ai vu un python molure d’environ 3 mètres et de nombreuses tortues à carapace molle d’environ 60 cm, deux couleuvres dont une mangeant une grenouille), peu d’insectes à cette saisons. Le parc Keoladeo est simple à visiter, en vélo, à pieds ou en rickshaw, il est limité dans certaines zones, deux jours suffisent pour voir les espèces principales. Photographier le « king fisher » reste un challenge… ce martin pêcheur s’abrite à l’ombre des arbres bordants ses zones de pèche… le limicoles restent farouches, l’Ibis tantale indien est omniprésent et surabondant, faisant la joie des touristes. Quelques oiseaux de proies comme le buzard des roseaux (Circus aeruginosus) arpentent les zones humides à la recherche de quelques jeune oiseaux tourmentés, quelque reptiles ou quelque batraciens. Le léopard a été signalé en début du mois par un piège photographique. Ce félin est réparti dans toute l’Inde de manière sporadique hors de ses habitats traditionnels  que sont les zones semi montagneuses, rocheuses et boisées mais il reste farouchement éloigné de la présence humaine.

L’Inde est un pays qui bouscule toute votre vision du monde occidental, peu importe votre expérience des voyages… L’inde reste un pays de contrastes, de vivacité, de diversité, d’enthousiasme, de patience et d’accueil.

Et maintenant les photos noir et blanc, parfois je trouvent qu’elles apportent un plus… tous les monuments et paysages de ce voyage peuvent être vus sur la page des paysages.

plus d’infos sur batraciens et reptiles du monde…